Armes chimiques, vous avez dit armes chimiques ?

Hans Blix ancien chef des inspecteurs des nations unies pour les armes de destruction massive durant la période 2000-2003. Il était à la tête de l’agence Atomique pour l’énergie(AIEA) de 1981 à 1997 et ministre des affaires étrangères de 1978 à 1979.


Nathan Gardels: Aux vues de votre expérience, et ce que vous avez vu ces derniers  faut’il se fier au  au verdict des agences de renseignement occidentales affirmant que Assad à utilisé des armes chimiques ?
Hans Blix: certains éléments montrent que des armes chimiques ont certainement été utilisés. Et les circonstances désignent le régime d’Assad.
Mais, depuis que les puissances occidentales ont demandé à l’ONU des inspections, et que la Syrie à acceptée et que les inspecteurs opèrent sur le terrain, nous devrions tous attendre que les rapports avant que toute action soit prise.
Comme nous l’avons vu, la dynamique politique précède le processus légitime.
Gardels: Est-ce un écho de l’Irak sous le président Bush ?
Blix: D’une certaine façon, oui. a l’époque, de la même façon, les américains et leurs alliés ont demandé des inspections pour les armes chimiques. Puis, de la même façon, il ont dit  » laissez tomber, on a suffisamment de preuves nous mêmes pour agir. Nous sommes la police du monde. Nos propres populations demandent des actions ! »
je ne suis pas d’accord avec l’affirmation des Etats-Unis « qu’il est trop tard pour que la Syrie coopère. c’est une faible excuse pour une action militaire.
En mars dernier, l’ouest était satisfait par les inspections concernant l’utilisation d’armes chimiques. pourquoi ne peuvent ils pas attendre maintenant ? Dans un mois quand vous aurez un échantillon précis nous saurons à coup sure quel type d’arme chimique à été utilisé et qui à fabriqué une telle arme.
Gardels: Mais est-ce le président Obama, pas George Bush, qui endosse le rôle du policier du monde ?

Blix: Oui. C’était le seul, il y a quelques temps qui parlait de droit international . j’avais été touché à l’époque. Mais maintenant j’ai peur que la politique du moment le pousse dans une direction que les Etats unis ont déjà emprunté par le passé.
Le premier ministre David Cameron, lui aussi, n’a pas l’air de se préoccuper beaucoup du droit international. Et cette fois, les Français non plus.
Tout ce qui les arranges, c’est qu’un acte criminel à été perpétré et qu’ils doivent se « venger ». Je ne vois pas contre quoi ils se vengent. Les armes n’ont pas été utilisées contre eux. Cela devrait être les rebelles qui devraient chercher à se venger.
Si le but est de trouver une brèche dans le droit international et contenir les autres sur la question des armes chimiques, une action militaire sans attendre le rapport de l’ONU n’est pas la bonne solution.
C’est le fait d’une police du monde, pas d’un monde de droit.

Gardels: Est-ce que les agences de renseignement savent où se trouvent les armes chimiques ? Sont elles vulnérable ? Est-ce qu’une frappe aérienne serait efficace ?

Blix: Et bien, les israéliens savent où elles se trouvent. Mais attaquer des stocks avec des missiles, comme je le conçoit, à le désavantage de disperser les armes chimiques dans la proximité de la zone .

[…] Mais une attaque sur les dépôts d’armes chimiques avec des Cruise missiles en Syrie ne signifie rien.
Si l’action vise à « punir » Assad pour satisfaire le public et les média sans entendre les inspecteurs, ce sera un jour triste pour le droit international.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s